Mon parcours

 

Le BAC en poche, ne sachant pas trop où aller, je me suis dirigé vers un DUT en Organisation et Gestion de la Production. DUT que j’ai obtenu, mais j’ai bien compris à ce moment là que je n’étais pas fait pour rendre des usines plus rentables : qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de ma vie ?

Je me suis donc dirigé vers la psychologie clinique, plus par curiosité et envie de découvrir de quoi nous sommes fait que par vocation ultime. J’ai donc intégré  l’Université René Descartes Paris V où j’ai fait mes études de psychologue.

Puis j’ai fait de belles rencontres… j’ai eu l’occasion de travailler avec le Professeur Marie-Rose Moro qui m’a permis de prendre conscience de la subjectivité et de la richesse de chacun pour peu que l’on sorte de ses propres références.

  J’ai obtenu mon titre de psychologue en 2002. J’ai intégré directement une association de soutien à la parentalité, l’Ecole des Parents et des Educateurs de l’Hérault. Association où je suis encore actuellement en poste en temps que psychologue et Chef de Service et où règne, malgré les aléas de la vie associative, une profonde bienveillance.

J’y ai rencontré le Professeur Visier qui m’a enseigné l’art de la relation thérapeutique dans la prise en compte et la gestion des émotions dans l’intersubjectivité. Approche pragmatique et au combien incontournable. J’ai pu expérimenter cette approche dans différentes missions.

J’ai également travaillé dans différentes structures : ESSAT, CHU de Montpellier, Protection Judiciaire de la Jeunesse… Je me suis rendu compte de l’influence du contexte sur la pratique professionnelle.

Fort de ces expériences, avec l’envie de continuer à enrichir ma pratique, je me suis formé à la supervision et l’analyse des pratiques à l’IFATC de Lyon en 2013 dans une dimension plus systémique.

A la demande de mes collègues, j’ai commencé mon activité libérale en proposant de la supervision collective. Après quelques années, j’ai eu envie de transmettre mon expérience et j’ai monté mon propre organisme de formation, ce fut l’occasion pour moi de formaliser davantage ma pratique.

Enfin, dernièrement, après de nombreuses heures à discuter avec des collègues, j’ai pensé qu’un peu plus d’humanité dans les institutions, souvent happées par des logiques administratives et financières, serait la bienvenue. J’ai donc crée le Collectif à Objectif Humaniste en Accompagnement et Orientation.

Bref, j’ai fait de belles rencontres, et je n’oublie pas toutes les personnes que j’ai accompagné et qui m’ont appris également tant de choses.